Logo Etam Groupe

Témoignage

Cécile Desport, Directeur douane et transport international. Groupe ETAM

Avec 1405 points de vente dans plus de 60 pays, le Groupe ETAM fait de son développement à l’international une priorité et de la douane un partenaire de confiance.

Le pôle d’action économique est pour nous un support à la réflexion sur toute nouvelle démarche.

Cécile DesportDirecteur douane et transport international du groupe Etam

Avec votre dimension internationale, l’activité douanière est stratégique. Quelles relations entretenez-vous avec les services de la douane au quotidien ?

Depuis toujours, et au travers des différentes périodes de son évolution, le groupe ETAM, à travers ses différentes marques (Etam, Maison 123, Undiz…), entretient des relations privilégiées avec la Douane, qu’elle soit européenne, nationale, régionale ou locale. Ces relations sont basées sur un climat de confiance mutuelle, de transparence et de coopération.

Si les services de la Douane ont besoin d’informations de la part des opérateurs pour piloter leur activité, nous avons de notre côté clairement besoin de leurs différents services pour nous aider à appréhender une réglementation parfois complexe, en évolution constante, ne serait-ce que par les changements qui affectent non seulement les textes, mais aussi les marchés, ou la nature des flux internationaux. Le Pôle Action Économique est notamment un outil extrêmement important pour nous, un support à la réflexion sur toute nouvelle démarche, mais aussi un soutien majeur en cas de problématique particulière.

Vous avez récemment obtenu le statut d’opérateur économique agréé. Quels avantages en retirez-vous et comment jugez-vous la création du club OEA Île-de-France ?

Nous avons obtenu le statut OEA Full en 2018 pour la marque ETAM. Si ce label est un sésame à l’export, il est aussi la clef de voûte d’opérations simplifiées, notamment dans le cadre de notre Entrepôt Douanier. La création du club OEA Île-de-France est une opportunité fabuleuse de développer un réseau, d’échanger sur des problématiques communes et de trouver différents types de supports au développement international.

Quels conseils donneriez-vous à une entreprise candidate à l’export ?

Être candidat à l’export suppose une maîtrise du domaine douanier. Outre la constitution d’un service « douanes » correctement dimensionné et compétent, je conseillerais à toute entreprise désireuse de s’ouvrir à l’export, de commencer par se rapprocher du PAE dont elle dépend. Ses équipes seront un soutien infaillible pour l’orienter, la conseiller puis l’accompagner dans la construction d’une démarche ambitieuse dans ce domaine.

Les flux internationaux du groupe :

Export

  • ETAM
    • Lingerie : 17.4M€ en PR et 3.3M de pièces. Principalement Russie, Mexique, Maroc et Chili
    • Prêt-à-Porter : 3.2M€ et 0.3M pièces. Maroc
  • MAISON 123 : 3.7M€ et 0.2M pièces. Maroc et Liban
  • UNDIZ : 7.2M€ et 2.0M pièces. Arabie, Russie et Maroc

Import

  • ETAM
    • Lingerie : 144M€ et 38M pièces
    • Prêt-à-Porter : 44M€ et 7M pièces
  • MAISON 123 : 41M€ et 4M pièces
  • UNDIZ : 82M€ et 30M pièces

Produire en France avec la douane : le pôle d’action économique des douanes de Paris

Les cellules conseils aux entreprises : qui sont-elles ?

Plus d’informations